Correspondance avec ma plume #3

Un jour, je t'ai déclaré ma flamme

Ton désir habitait mon âme.

Nous flirtions ensemble depuis des années

Mais nous nous interdisions d'exister.


Notre amour était interdit.

Ne correspondait pas à leurs critères.

C'était, dans leurs codes, écrit:

Choisis un vrai métier!


Mais ton obstination,

Ma déraison et notre passion

Ne pouvaient plus se taire,

Muselées juste pour plaire!


Alors nous avons pris les armes.

Et de ta plus belle parure,

Tu as fait taire ce vacarme

Qui me tuait sous mon armure.


Tu m'as prise dans tes bras,

Tu m'as regardée au fond des yeux,

Tu m'as tirée de mes draps

Dans lesquels je chassais ton feu.


Tu m'as obligée à choisir,

C'était maintenant ou jamais.

"Tu as une chance à saisir!"

Tu m'as demandée de ne pas te quitter.


Alors je suis restée,

Je me suis relevée.

Et dans le brouillard de la vie,

C'est toi que j'ai suivie.


Tu attendais un merci,

D'un inconnu, d'un abonné.

Mais c'est moi qui te le dit:

Merci ma plume, ma bien aimée!




2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout